depart

Bon par où commencer… le voyage fût intense et les enfants géniaux malgré les circonstances. On aurait pas pu avoir plus de galères ou presque…
D’abord nous voilà arriver à Marseille pour prendre le premier avion via Amsterdam, annoncé en Hall 1, on y est. Puis non en fait il faut aller déposer les bagages au Hall 4, c’est pas comme si il fallait traverser tout l’aéroport. c’est pas grave , en route pour traverser la jungle des tapis roulants et ascenseurs avec notre chariot, nos gosses et notre énergie.
Bagages déposés , enfin presque ils prennent pas poussette et lit pop up car hors format, on nous envoie vers le hall 2. On fait demi tour, en vain ! on nous fait retourner au hall 4. Rien n’entamera notre excitation on obtempère et enfin les derniers bagages soutes sont déposés. On enregistre finalement au hall 2 à la place du hall 1. Et là, le gentil monsieur du contrôle me fait ouvrir tout les bagages et trier toute la bouffe et les médocs que j’avais éparpillés  un peu dans chaque valise pour équilibrer le poids. Quasi 30 minutes plus tard, après avoir tout re rangé,on embarque, on s’assoit. Et on attend, puis on attend… puis on attend. Message du pilote « au vu des mauvaises conditions météorologique à Amsterdam, l’avion ne décollera qu’après autorisation! Chouette! Les enfants sont au taquet et on a pas fait encore une minute de vol. Charlie d’habitude peu téméraire est comme un poisson dans l’eau, elle adore les avions, elle qui a peur de monter dans un manège, allez comprendre.
20 minutes après , signal donné, on est attachés. Décollage et premier vol réussi. Oreilles nickel pour tout le monde (c’était ma principal appréhension car les enfants n’ayant pas de sucette, dur de les faire déglutir au moment voulu), trajet calme.
Arrivés a Amsterdam, nous devons changer d’avion mais tout ça doit se faire à proximité de là ou on descend car peu de temps de transfert. Raté, on doit traverser à nouveau l’aéroport d’Amsterdam, qui n’est pas petit non plus, et là youpi un autre gentil monsieur me fait à nouveau tout sortir des valises. Peut être aurais je eut le temps de fabriquer une bombe entre les deux avions avec mon advil et ma purée de carotte? On a pas le choix, j’obéis, je vide, je mets dans les bacs, j’explique, je range.. On court.
avion1
ET Deuxième avion! Bien plus gros celui ci, et là pour faciliter un peu notre voyage et bien nous ne sommes pas a coté avec Silvain, merci KLM…. je sens que les prochaines 16 h ne vont quand même pas être super simple. Heureusement, voyant notre situation un gentil hollandais change de place et nous laisse finalement en famille. Merci monsieur tu as probablement éviter un psycho-drame familial.  Basile a mangé, s’endort paisiblement peu après, Nous avec Charlie nous attendons les repas. Nous attendons, nous attendons.. tout le monde est servi depuis un moment, ils commencent même à débarrasser. Ah ben oui c’est ça, ils nous ont oubliés, sur plus de 400 personnes, ils en oublient 3, c’est nous!
Il est minuit, la petite est crevée et ne peut plus attendre, heureusement j’avais prévu jambon, fromage, compote. On signale plusieurs fois que nous n’avons pas été servi, les hôtesses en plus ne sont pas vraiment sympa, et ponpon final shootent dans le petit lit à Basile et le réveille. Je commence à bien aimer la hollandaise! Au final on mange tant bien que mal vers 1h du mat, entre temps Charlie est couchée dans son lit gonflable, et on essaye de rendormir Basile, pas simple avec toutes les lumières de l’avion allumée, ils éteignent que vers 2h! tout le monde dort. Silvain est le héros du jour il reste assis quasi 7h non stop avec Basile qui dort dans ses bras. Le voyage se passe plutôt bien.
basile dodoavion
charlie dodo avion
Nous arrivons a Singapour, normalement pour une escale sans changer d’avion, mais on nous fait descendre quand même tout les bagages, punaise il faut tout rassembler.. .puis repasser contrôle.  GRrrrrrrrr.  Et on redécolle dans le même avion. Bon une originalité de KlM à nouveau , on est plus à ça prés. Dernier tronçon du voyage, encore 3 petites heures. Le gentil monsieur qui avait changé de place avec nous est descendu à Singapour et c’est une vilaine hippie pas sympa qui le remplaçe et qui elle ne veut pas changer sa place. bien bien.
20h arrivée à Denpasar-Bali. Nos voisins les passagers nous félicite! Nous sommes des héros aux dires de ces gens! ça fait plaisir.
Puis on est entiers, on est vivants, on est fatigués enfin les adultes parce que les enfants, à croire qu’ils se régénerent à la minute tel des mutants, ne le sont pas du tout.Et là ben le truc le plus chiant du monde après un long trajet, une série de contrôle de police (tiens bonne nouvelle le VISA est gratuit, c’était pas prévu mais on prend! 100 euros d’économisé) , les douanes, et l’attente interminable des bagages. Au bout d’une heure, on a tout récupéré: nos bagages et notre chauffeur. 30 minutes de voiture plus tard au lieu de 15 , samedi soir oblige, Julie notre hôte nous acceuille.
Et là plusieurs choses te viennent à l’esprit: entres autres le soulagement, et l’émerveillement. La maison est splendide, et Julie adorable, elle nous a préparé une noix de coco bien fraîche et un beau bouquet décore la cuisine, elle nous explique le fonctionnement de la maison vite fait , elle repassera demain. On fait manger les petits, on les couche et enfin, enfin.. tu le crois plus a force, tu poses tes fesses sur une terrasse féerique, avec une bonne bière fraîche et un plat typique, acheté sur le bord de  la route pour 3 euros: Le mie-goreng (nouilles, légumes fais, oeuf et poulet épicés tout juste comme il faut). Préparé à la minute dans un tuktuk truck( !!) par papy et mamie, un régal!
coco
myegoreng
On fait pas long feu tout de même, on est morts et puis on ne sait pas trop comment la première nuit va se passer. Il fait 35°, chaleur humide et  il faut savoir qu’en Asie, personne ne dort jamais, y’a toute la nuit un défilé de scooter peu homologués n’est ce pas, des bandes de chiens errants qui hurlent et un jardin tropical qui implique aussi toutes sortes de bruits, grenouilles, oiseaux fous… Les maisons traditionnelles n’ont pas de volets et pour ainsi dire pas de fenêtre, le décalage horaire n’aidant pas, on peine a trouver le sommeil. Finalement on s’écrase vers 2h du mat.
Le bilan: un voyage long, pleins d’imprévus mais au final il en ressort que nous sommes fiers des petits et que nous ne prendrons plus jamais KLM (ah si merde pour le retour on est obligé).
Là il 14h a Bali (a peu prés 7h du mat en France), les petits sont à la sieste, nous on va manger et profiter de la piscine, je vous laisse…Demain, quelques photo de la maison et de notre première journée.On vous embrasse.

4 Replies to “L’aller!”

  1. Super, le voyage s’est bien passé hormis les re-re-revidages et re-re-remplissages de valises, et les méchantes hotesses… Lol.
    Profitez bien les cousins. Bisous de France ou il fait un temps moche et méchant 😩

    Aimé par 1 personne

  2. Moi je vous tire mon chapeau de prendre avec autant de philosophie cet aller… En même temps toutes ces péripéties rendent ton récit d autant plus haletant…si il ne s était rien passé la lecture du voyage aurait était beaucoup moins drôle. Des bisous hâte de lire le prochain épisode

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :