Quand nous arrivons dans un nouvel endroit, une nouvelle ville nous n’avons pas d’attentes à proprement parler, juste nous laisser porter et découvrir.
Mais nous sommes arrivés à Hermanus avec un objectif en tête, un seul : apercevoir des baleines.
Elles viennent mettre bas auprès des côtes peu profondes  sud africaines et éduquer leur baleineau. Mais c’est la fin de la saison, alors…
Nous nous sommes levés  avec un mélange d’impatience, d’espoir et d’excitation, puis nous nous sommes dirigés vers la côte. Là une épaisse brume couvrait l’océan, comme un voile pudique. Ne pas se dévoiler tout de suite à ces yeux insistants. Laisser durer l’envie d’en voir plus. Les faire patienter. Se faire désirer. Et Dieu sait que nous désirions.
Nous priâmes pour que le soleil déshabille les flots.
Prières exaucées. Le soleil sortit, la brume épaisse disparut et l’eau apparut sans aucun artifice.
Nos yeux n’ont alors plus quittés la surface. Nous balayons l’océan à la recherche d’un signe. N’importe lequel. Quelque chose. C’est là qu’à un jet de pierre de la terre ferme avec une élégance rare, elle se montra. D’abord elle, la maman gigantesque , avec cette impression de devoir nous approuver ou non.
Un bon jour apparemment puisque quelques secondes plus tard, baleineau fit de même.
Je suis restée longtemps sur mon rocher, les larmes mélangées aux embruns à regarder ce cadeau de la nature. Là devant, juste devant, des géants des mers, se présentent. Il est très difficile alors de regarder autre chose que l’eau. Une sorte de magnétisme vous en empêche. On veut en voir plus, encore plus. Plus longtemps.
Ne plus partir. Juste rester là, devenir le rocher même sur lequel on est assis.
IMG_20181029_092044.jpg
cof
cof
sortie
iceberg
44994504_769155203418549_6829608281133023232_n
mamanbb.JPG
IMGP7419.JPG
bébé.JPG
IMG_20181029_130924.jpg
IMG_20181029_170943.jpg

 

La journée durant, elles se sont montrées. Souvent  presque immobiles comme des iceberg, d’autres en groupe se permettant quelques figures de styles, un bébé blanc rarissime,  et plus encore des otaries et des dauphins. Une parade de fin de saison inespérée.
saut
otarie.JPG
oiseau.jpg
IMGP7560.JPG
IMG_20181028_191008.jpg
NB : Nous avons rencontrés ce jour une chouette famille, avec les mêmes espoirs que nous. Ils furent comblés aussi. Coucou les toulousains!
daman.jpg
IMG_20181029_164023.jpg
IMGP7569.JPG
Bisous iodés

One Reply to “Le chant des baleines”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :